Hiérarchie chérie

Une année de galère à Grand Santi

vendredi 8 juin 2007
par  Sud Éducation Guyane

Cette année, la commune de Grand Santi a vu s’ouvrir son collège. Ouverture qui a permis à nombre d’enfants d’être scolarisé près de chez eux, voir d’être scolarisés tout court. Bien sûr on peut se réjouir de compter un établissement de plus en Guyane, mais on peut aussi émettre des grosses réserves sur la façon dont il a fonctionner cette année. Après nous être rendus sur place, nous avons suivi la situation tout au long de l’année.

Des casseroles pour Grand Santi.

Le collège a ouvert ses portes fin septembre. Le rectorat, dans son infini respect pour la population du Maroni et pour ses enfants, avait choisi de mettre à la tête de cet établissement son meilleur élément :
M. Galindo, l’ancien principal du collège 3 de St Laurent. Pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de ce monsieur, nous dirons que c’était un homme qui n’hésitait pas à s’engager physiquement dans la résolution des conflits… et pas qu’avec les élèves.
L’équipe enseignante, constituée essentiellement de collègues enseignant pour la première année, a dû se débrouiller avec les moyens que l’on trouve sur le fleuve. Cela, tout en supportant un « p’tit-chef » qui a défaut de faire son travail s’occupe de nuire à celui des autres. Quand on cumule le manque de matériel, des élèves en très grande difficulté, des conditions de logement difficile, l’isolement d’un site comme Gran Santi, et qu’à cela on vous rajoute un chef qui traîne des casseroles à ne plus savoir qu’en faire, il y a de quoi craquer. Pourtant ils ont tenu les collègues de Grand Santi ! Et fin janvier, informés de la bonne nouvelle, tout le monde s’apprêtait à fêter le départ à la retraite de la terreur en se disant que cela irait mieux après.

De l’arbitraire ...à l’arbitraire.

Avec la hiérarchie, on peut toujours trouver mieux, mais l’on peut aussi trouver plus nuisible. Ce fût le cas avec le nouveau chef d’établissement. Un enseignant aux dents longues qui fait dorénavant fonction de principal à Grand Santi.
Cela faisait à peine 2 mois que ce nouveau « p’tit-chef » était arrivé que celui-ci eu la lourde tâche de juger les membres de l’équipe éducative contractuels. Comme tout chef d’établissement du secondaire, c’est lui qui allait statuer sur le renouvellement de « ses contractuels ». Sur les six contractuels que compte l’établissement, 3 n’ont pas été reconduits… les 3 femmes de l’équipe. Bien sûr ce n’est là qu’un hasard statistique. De ce verdict, il espère pouvoir recruter « ses » contractuels, puisqu’il est persuadé d’être renommé à la rentrée 2007.

Une affaire à suivre.

Nous avons eu une audience avec le Recteur au sujet de ce qui se passait à Grand Santi. M. Bernard Marie Grossat avait l’air bien embêté avec ces petits chefs qui tendent à se multiplier et à multiplier leurs nuisances. Sans s’engager en rien, il nous a laissé entendre que nous n’avions pas à nous inquiéter pour le renouvellement de contrat de nos collègues…
Comme tous les autres leur sort sera connu lors de la commission d’affectation des personnels contractuels début juillet.


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.