Second degré

Les heures sup’ tuent l’emploi !

dimanche 11 mai 2008
par  Sud Éducation Guyane

A la rentrée 2008, le ministère supprimera 8.400 postes d’enseignants dans le 2nd degré dont 4.200 seront « remplacées » par des heures supplémentaires. Au total, les heures sup’ permettent "d’économiser" au ministère la création de 40.000 postes.
A l’Université, le volume d’heures supplémentaires représente la bagatelle de 17.000 postes d’enseignants chercheurs !
Du collège à l’Université, et désormais dans le 1er degré (stage de remise à niveau CM1/CM2), le nombre d’heures supplémentaires est tel qu’il dispense le ministère de créer des milliers de postes de titulaires. Depuis 1999 (décret du 10/10/1999), les enseignants ne peuvent se voir imposer qu’une heure supplémentaire (voire aucune dans certains cas : préparation à l’Agrégation, mère ayant des enfants en bas âge, candidats aux concours de recrutement de la Fonction publique, temps partiel, etc).

Augmenter le nombre d’heures supplémentaires pour pouvoir supprimer des postes

Tous les ans, en février, la direction de chaque établissement communique ce qu’on appelle la "DHG", Dotation Horaire Globale. Le nombre d’heures d’enseignement attribué est établi en fonction de la structure (le nombre de classe et l’horaire hebdo par discipline). Pour "dégraisser le mammouth", il faut donc baisser lesdites "DHG".
Pour palier la baisse massive du nombre de postes d’enseignants dans le 2nd degré (- 8.400 postes à la rentrée), et puisqu’il faut bien continuer à assurer les enseignements, des masses d’heures supplémentaires sont donc créées. Illustration de la politique de Nicolas Sarkozy : "Travailler plus pour gagner plus".

Ce ne sont pas des heures sup’ que nous voulons mais une augmentation de notre pouvoir d’achat !

Les heures sup’ ne doivent pas être considérées comme naturellement incluses dans l’emploi du temps. Accepter des heures sup’ ne contribue pas à réduire le chômage ni la pauvreté. La nécessité pécuniaire incontournable ne doit pas nous faire oublier que ceux qui sont au chômage attendent d’avoir un poste pour gagner leur vie.
En ce qui concerne leur défiscalisation, c’est un cadeau empoisonné pour nous fonctionnaires, qui sommes rémunérés grâce aux recettes de l’Etat.
C’est pourquoi nous devons commencer par refuser lesdites heures et ensuite agir fermement pour qu’elles soient converties en heures poste, et ce, malgré le leitmotiv de notre administration qui répète en boucle l’impossibilité de changer la situation.
Refuser les heures supplémentaires, c’est bloquer la suppression massive du nombre de postes à la rentrée, c’est opter pour une augmentation du nombre de postes aux concours et pour la création de postes de titulaires.
La solidarité avec nos collègues non titulaires et avec les étudiants qui préparent les concours doivent se traduire par des actes.

Travailler plus ou travailler mieux ?

Notre nouveau recteur a informé nos collègues de l’Ouest qu’ils devraient faire 3 à 4 heures sup’ dès la rentrée prochaine. Comment peut-on tenir un discours sur la qualité d’enseignement tout en faisant exploser le temps de travail ? Remplir correctement les missions d’enseignement qui nous sont confiées n’est pas compatible avec les heures supplémentaires.
Nos exigences d’amélioration de nos conditions de travail (baisse des effectifs par classe, inclusion du temps de concertation dans le temps de service hebdomadaire…) passent nécessairement par le partage du temps de travail.

Bloquer le déroulement de la rentrée, c’est possible !

Le volume d’heures supplémentaires est tel à la rentrée 2008 que nous pouvons bloquer son bon déroulement. SUD éducation appelle à refuser toutes les heures supplémentaires non obligatoires et à agir collectivement pour :

▲ leur transformation en postes de titulaires ;

▲ une amélioration de nos conditions de travail par une baisse de notre service hebdomadaire.

▲ une augmentation de 300€ pour tous qui contrairement à une augmentation indiciaire ne favorise pas les plus hauts salaires.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.