Bouffonnerie

Arlequin

vendredi 21 novembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

Souvenez-vous, nous sommes au XVIème siècle et Arlequin a un costume en patchwork. Risquons-nous à une comparaison : Notre Education Nationale serait aujourd’hui ce personnage de théâtre bigarré, fagotté avec des petits morceaux de tissus disparates qui lui créé un costume de menteur. Il est connu pour sa bouffonnerie. Il fait preuve de peu d’intelligence, il est famélique, crédule et paresseux. Il est toujours en quête de nourriture et pour en trouver, il est capable d’inventer toutes sortes de stratagèmes, pirouettes ou acrobaties, mais le reste du temps, il cherche avant tout à dormir et éviter le moindre effort. C’est pourquoi il cherche à réformer.(1)

Premier morceau de tissu : la réforme du lycée. Elle avait tout pour plaire : des idées intéressantes sur les modules d’exploration et d’approfondissement au choix des élèves ; une semestrialisation ; de l’aide individuelle...
Sauf que l’on ne connaît pas le coût de cette réforme - mais c’est vrai qu’on est tellement riche qu’on peut se le permettre !
Sauf que l’on ne sait rien de l’annualisation du temps de travail - personne n’en parle mais personne ne dément.
Sauf que les cours traditionnels sont en net recul - 21h seulement en tronc commun, disloquant le groupe classe comme jamais on ne l’avait fait.
Sauf que tout le monde oublie que les professeurs qui devront faire une heure hebdomadaire d’aide à l’orientation ne sont pas formés pour.
Sauf que l’on aperçoit des horizons bien obscurs : quid du Bac à terme ? Comment s’organise la répartition des heures d’enseignements généraux entre math, français, HG, etc. ? Quelle est la pertinence de l’autonomie des établissements qu’on peut aussi appeler concurrence entre les lycées ? Etc.

Deuxième morceau du costume : la réforme des concours : Les enseignants la demandent pour que les recrutements soient plus adaptés au métier de professeur.
Sauf que les futurs enseignants devront avoir Bac +5, c’est-à-dire un master – pas facile en Guyane où on ne compte que quelques étudiants en master 2.
Sauf que la solution proposée est d’impliquer dans le recrutement des personnels de direction, des membres de l’administration et de la hiérarchie de l’EN, ainsi que des membres de la société civile qui n’ont jamais vu une classe et des élèves ...
Sauf que réformer un concours ne sert à rien si on supprime 9000 places aux concours...(2)

Mais souvenez-vous ! Arlequin, c’est le bouffon qui cache les intentions de l’auteur ! Alors, messieurs, mesdames les Recteurs et les Réformateurs de tous bords, soyez honnêtes : annoncez la couleur comme M. Darcos : "la plupart des mesures que je prends servent surtout d’habillage aux suppressions de postes", in Le canard enchaîné, 22 octobre 2008.

(1)Pour en savoir plus sur les textes de références :

http://media.education.gouv.fr/file...

www.education.gouv.fr

(2) André Ouzoulias, professeur à l’IUFM de Versailles-UCP
Les postes ouverts sont les ouvertures effectives et le remplacement des départs à la retraite tandis que les places au concours correspondent au nombres de places offertes annuellement.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.