Edito

SOYONS AUSSI DÉTERMINÉS QU’EUX !

jeudi 10 février 2011
par  Sud Éducation Guyane

Après les retraites, le gouvernement accélère la casse de l’École publique dans un cadre général de destruction des services publics.

A la rentrée 2011, les effectifs enseignants vont fondre dans toutes les académies de l’hexagone. Lycées, collèges, écoles et services doivent subir 16 000 suppressions de postes prévues au budget 2011. Depuis 2007 ce sont 66 000 postes qui ont été supprimés dans l’Éducation Nationale.

Si à première vue la Guyane s’en sort bien avec 40 créations de postes dans le 1er degré et 37 dans le 2nd, il n’en reste pas moins qu’au regard de la démographie scolaire c’est très largement insuffisant. Le nombre de postes d’enseignants dans l’académie augmente seulement de 1,5% alors que le nombre d’élèves augmente de 4%. Pour le dire plus clairement la Guyane ne fera qu’accentuer son retard alors que nous sommes déjà l’académie où il y a le moins de profs par élève (sans compter la non-scolarisation).

Il faut savoir reconduire une grève

Exigence d’une autre politique éducative, nécessité d’un autre budget, abrogation des contre-réformes gouvernementales, (mastérisation, programmes du primaire, aide personnalisée, suppression des RASED, réformes des lycées généraux, technologiques et professionnels et bac pro 3 ans, dispositif CLAIR, primes au mérite, individualisation des rémunérations…), les raisons d’une mobilisation d’ampleur pour le service public d’éducation ne manquent pas !

Or, si nous pensons que la grève est un instrument majeur des salariés dans leurs combats (bien plus que les arrêts maladies des CRS) encore faut-il pour cela qu’elle ne soit pas dévaluée, et qu’elle aille jusqu’au bout de sa logique de blocage pour être efficace. Car personne ne peut avoir l’illusion que nous pourrions faire céder le gouvernement avec une grève d’un jour, même très largement suivie, ni même avec des journées d’action isolées. Il faut pour cela qu’elles s’inscrivent dans une stratégie qui soit une stratégie pour gagner.

Des journées de grève comme celle du 10 février ne suffiront pas. Pour espérer gagner, il faut construire un rapport de force de haut niveau et ne pas s’arrêter au milieu du gué.

Un syndicalisme responsable

En 2003, il ne fallait surtout pas toucher au bac. Pour les retraites, seul Solidaires a appelé clairement les collègues à la grève reconductible. Construire un rapport de force avec des journées d’action, soit, mais si c’est pour reculer lorsque le bras de fer est engagé, on peut se demander « à quoi bon ? ».

Il est de la responsabilité des organisations syndicales de proposer des modes d’actions à la hauteur des enjeux. C’est le sens que SOLIDAIRES donne au mot "responsable".

Le 10 février, et après, nous appellerons encore à la construction d’une mobilisation d’ampleur. Et nous espérons que nous ne serons pas seuls à le faire. Les chantres du libéralisme à tout crin ne stopperont leurs attaques contre l’École Publique, que si nous les y forçons. Nos conditions de travail comme celles de tous les salariés du public ou du privé ne sont plus leur problème. Leur objectif, à peine voilé, est de démanteler l’école publique pour laisser le champs libre à un nouveau marché lucratif de l’éducation.

Nous avons besoin d’un mouvement social large et fort en faveur de l’École Publique.

Nous avons besoin d’un mouvement syndical véritablement responsable. C’est à dire déterminé et unitaire.

Il faut construire le rapport de force pour dire que la rentrée ne peut pas se dérouler dans ces conditions.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.