Racisme

Différence génétique...

mercredi 6 avril 2005
par  Sud Éducation Guyane

Il y a peut-être, entre autres, deux formes de racisme...

La première pourrait être celle qui
résulte d’une phobie instinctive et
irrationnelle de l’inconnu, la
même qui nous fait avoir peur des
araignées parce que leur apparence et
leur façon de se déplacer nous inspirent
une répugnance finalement…
très subjective.
Ceux qui souffrent de ce racisme-là, on
peut les faire évoluer en leur faisant un
peu réfléchir sur les raisons stupides,
car basées sur l’ignorance, de leur xénophobie.
Et puis il y a le racisme rationnel
(pour ne pas dire « réfléchi ») : c’est
celui qui, se croyant objectif, se fonde
sur des considérations scientifiques, c’est
« celui qui parle de race supérieure »,
c’est celui qui explique ou plutôt aimerait
pouvoir expliquer que les cerveaux des
hommes ne sont pas tous égaux en… neurones.
Ces racistes-là pensent connaître suffisamment
les peuples de la Terre pour établir
des différences réelles dans les capacités
intellectuelles des diverses races qui com-
C’est sans doute cette conception particulière
de l’égalité des êtres humains qui
a fait dire à un principal adjoint d’un
collège de Cayenne, en plein
conseil de classe, que ce qui empêchait
tel élève brésilien, originaire
de Belém et récemment installé en
Guyane donc admis en classe linguistique
(qui a pour fonction
d’accélérer l’apprentissage du
français aux élèves nonfrancophones),
ce qui l’empêchait,
donc, de s’adapter plus rapidement
au système éducatif français, était à
chercher dans des différences culturelles
(« il n’y a qu’à voir
comme nous autres occidentaux sommes
stressés et par exemple faisons nos
emplettes avec une telle nervosité au
marché de Cayenne, devant les locaux si
cools et décontractés », citation approximative
mais le message original n’est
que très proche de cette déclaration
consternante) et surtout, dans des
« différences génétiques avec lesquelles
il n’y a rien à faire ».
Étaient présents à ce conseil de classe :
deux élèves délégués (dont un brésilien)
qui n’ont malheureusement sans doute
pas tout compris à ces phrases prononcées
rapidement, une parente d’élève et
cinq professeurs. Après un court silence
et à part un faible « excusez-moi mais je
suis choqué par ce que vous dites » suivi
d’un pitoyable « moi aussi », … aucun
des adultes présents n’a moufté. Même
pas un « hum, hum … » de désapprobation.
Rien.
C’est beau.
La sous-chef d’établissement a enchaîné
rapidement sur un autre sujet, comme on
leur apprend à le faire en stage
de communication, et ce fût tout.
Réaction des professeurs « horsconseil
 » : « il faut laisser pisser,
ça ne sert à rien de réagir ».
D’accord.
Et aussi « ce n’était pas le lieu
pour débattre de ça, on était déjà
à la bourre ».
Magnifique.
Salut.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.