Cher Petit Papa Noël

mercredi 7 décembre 2011
par  Sud Éducation Guyane

Tu as sans doute remarqué que, cette année, nous avons été particulièrement sages. Certes, nous avons bien fait deux ou trois grèves d’un jour mais vraiment rien de bien méchant. Certes, nous avons dénoncé le manque de préoccupation de notre hiérarchie sur les questions d’hygiène et sécurité. Certes, nous avons dénoncé la mascarade du vote électronique et nous avons posé un recours pour
soutenir les nombreux collègues qui n’ont pas pu voter. Certes, nous avons participé, par-ci par-là, à quelques blocages d’écoles ou d’établissements scolaires mais, là encore, c’était bien la moindre des
choses devant l’incurie et le mépris de notre hiérarchie face aux difficultés que nous rencontrons quotidiennement sur nos lieux de travail.

PNG - 11.1 ko Bref nous avons été largement raisonnables, tu en conviendras aisément. Pourtant, nous aurions été en droit d’être plus virulents aux vues des nombreuses attaques du gouvernement qui, au prétexte
d’économiser 4€, détruit un peu plus chaque jour le service public d’Éducation. Nous n’avons toujours pas séquestré la Rectrice, ni même le moindre petit inspecteur de circonscription. Pas le moindre petit
saccage, nous ne sommes même pas allés jeter des oeufs pourris sur la sinistre Morano, chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, lors de son passage touristique en Guyane en
octobre dernier. Nous sommes pourtant sûrs que tu es d’accord avec nous pour dire qu’elle le méritait un peu.

C’est pourquoi nous espérons que cette année tu n’oublieras pas nos petits souliers. Tu nous ferais énormément plaisir si tu pouvais commencer par titulariser tous les enseignants contractuels et plus
généralement tous les précaires embauchés dans l’Éducation nationale.

Pour la Guyane, on a également besoin de construire un bon nombre d’écoles, de collèges et lycées car les nôtres sont déjà bien saturés. Il faut bien entendu recruter un nombre suffisant de fonctionnaires pour accueillir décemment nos charmants bambins dans des bâtiments rénovés et en nombre suffisant.

Tu vois, Petit Papa Noël, nous ne te demandons pas la lune, juste le plan de rattrapage que l’on nous promet régulièrement pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Pour le reste, ne t’en fais pas,
nous l’obtiendrons par la lutte car nous sommes plus que jamais déterminés à ne pas nous laisser faire.

Nous allons même commencer dès le 15 décembre en se mobilisant contre le nouveau mode d’évaluation et de notation des personnels de l’Éducation nationale.

- A Kourou : rendez-vous à 9H00 à la médiathèque

- A Cayenne : rendez-vous à 9H00 devant la préfecture

- A St Laurent : rendez-vous à 9H00 devant l’inspection


inutile de t’ennuyer à déposer des cadeaux aux
banquiers et aux riches, ils ont déjà été bien trop gâtés.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2014

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.

Pas de paie pour les contractuels en septembre ?

lundi 8 octobre 2012

Vendredi 21 septembre, nous avons eu vent d’une nouvelle inquiétante. Les contractuels ne seraient pas payés à la fin du mois de septembre ! Situation qui se répète hélas depuis plusieurs années en Guyane !

SUD Éducation décide alors de demander une audience au rectorat, assortie d’un préavis de grève histoire de leur mettre la pression pour que les salaires soient versés à temps. Nous avons donc été reçus mercredi 26 septembre au rectorat par M. Fonderflick, nouveau secrétaire général de l’académie et M. Willard, directeur des ressources humaines. Ils ont convenu qu’il y avait bien eu un problème lors de la remontée des payes en Martinique. Craignant la grogne, le rectorat a alors demandé aux gestionnaires de revenir travailler la matinée samedi 22 septembre, ce qu’ils ont fait. Ils affirmaient donc ce mercredi 26 septembre que 553 des 560 contractuels concernés toucheraient bien une avance de 100% de leur salaire en date du 28 septembre. Pour les 7 restants, ils nous l’ont promis pour, au plus tard, le 2 octobre.
Nous ne pouvons qu’inviter les concernés à nous faire remonter d’éventuels soucis.

Avant la fin de notre rencontre, nous avons demandé au rectorat comment il était possible que cette situation se reconduise tous les ans. Le rectorat nous répond alors que cela est essentiellement dû au nombre de contractuels dans l’académie. A cela nous répondons forcément, titularisation pour Tou-te-s !

La cantine scolaire en question

lundi 8 octobre 2012

Comme beaucoup de personnes nous sommes choqués d’entendre que 38 élèves des lycées Raymond tarcy et Lumina Sophie de Saint-Laurent ont été victimes d’une intoxication alimentaire parce que les repas étaient assurés par un prestataire privé. Nous nous interrogeons sur ce genre de pratique.

La santé de nos enfants serait-elle en question juste parce qu’on ne veut pas se donner les moyens de mettre en place une cantine scolaire aux normes dans chaque établissement scolaire ou école ? Faudra-il d’autres intoxications pour que les pouvoirs publics réagissent ? Dans un pays où les maladies liées à l’alimentation (diabète, cholestérol, hypertension, obésité…) sont de plus en plus problématiques, nous nous demandons si tout cela n’est pas n’est pas un déni de santé publique.