Violence à l’école

Pourquoi SUD Éducation n’a pas appelé à l’action le 16 octobre

lundi 4 décembre 2006
par  Sud Éducation Guyane

Suite à l’évènement de l’école Joséphine Horth de Cayenne, nous avons été conviés, avec le SNUIPP, à une rencontre intersyndicale provoquée par le SE-UNSA (le STEG n’avait pas été invité). Précisément, nous y avons discuté des actions envisageables en réaction à la situation provoquée par la mise en examen d’une ATSEM, bien conscients des passions qui ont de quoi être soulevées après qu’un enfant a été victime de coups. Pour SUD Éducation Guyane, notre position était de dire que dans cette situation nous ne devions en aucun cas nous prononcer sur les responsabilités de qui que ce soit. Pour nous, comme pour les autres représentants des syndicats présents ce jour là, il était clair que nous devions laisser la justice faire son travail. Il nous apparaissait donc mal venu d’appeler à une mobilisation dans de telles circonstances. Notre crainte était qu’un tel appel puisse être interprété par les parents et plus largement, par l’opinion publique, comme une justification de la violence faite aux enfants. A SUD Éducation Guyane une chose est très claire, au-delà même de ce que pourrait dire la loi, nous serons toujours les adversaires des violences qui pourraient être faites à un enfant, qu’elles soient physiques ou morales.
Pour nous, cet évènement appelle à la réflexion. Il permet de mettre en évidence le manque de formation et les difficultés inhérentes à l’académie de la Guyane. Rappelons ici qu’un grand nombre d’ATSEM ne sont pas titulaires et sont recrutées sur des contrats précaires. Nous exigeons que l’administration offre dans un premier temps une formation systématique à tous les personnels précaires en les dotant des outils nécessaires au bon déroulement de leur mission et d’autre part la titularisation de tous ces personnels précaires (ATSEM, assistants d’éducation, médiateurs culturels bilingues, enseignants et autres CAE…). Car nous savons tous que sans eux les établissements scolaires ne pourraient fonctionner. En Guyane, la violence est présente dans chaque établissement, de la maternelle au lycée. Or la violence ne doit en aucun cas être un moyen d’éducation. Les formations professionnelles doivent attirer l’attention des personnels sur ce fait et leur proposer des méthodes alternatives. Ajoutons tout de même, que parfois cette violence vient aussi du fait que les collègues fraîchement arrivés (contractuels, précaires, néo-titulaires) subissent bien souvent un « bizutage institutionnel ». En les envoyant devant des classes dans lesquelles personne ne souhaite aller, puisqu’on y a réuni tous les élèves en difficulté, on provoque des situations explosives. Et dans ce genre de situation vous trouverez toujours quelqu’un pour vous dire que pour « tenir votre classe » la seule solution est d’utiliser la palette… Il y a là de quoi vous dégoûter d’avoir choisi « le plus beau métier du monde ».
C’est pourquoi lors de cette intersyndicale nous avons proposé à nos camarades de demander au rectorat que soit organisée une table ronde avec l’ensemble des acteurs de l’éducation (parents d’élèves, rectorat, mairie, représentants de tous les personnels) afin de discuter et de proposer des solutions visant l’amélioration des conditions de travail de l’ensemble des équipes intervenant dans les écoles et de ce fait d’améliorer les conditions d’enseignement en Guyane permettant ainsi à tous les enfants de recevoir un apprentissage épanouissant.


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.