A nous peyi ?

Ca c’est passé en Guyane

lundi 4 décembre 2006
par  Sud Éducation Guyane

Le fils d’une personnalité guyanaise a son enfant scolarisé dans un établissement public. Ce père d’élève pénètre à plusieurs reprises dans la classe d’une de nos collègues pendant les heures de cours (au mépris du règlement intérieur de cette école dont il avait eu connaissance). Au cours de ces intrusions intempestives, cet homme tient des propos irrespectueux à notre collègue, il met même en doute ses compétences professionnelles et le tout devant les élèves. A une autre occasion, reçu par la directrice de l’établissement, il tiendra cette fois des propos diffamant et offensant gravement notre collègue (la traitant notamment de raciste !!). Ce sera même par écrit par l’intermédiaire du cahier de liaison de l’élève que se poursuivront les déclarations insinuant que notre collègue serait une incapable.
L’équipe pédagogique de l’établissement décide de se réunir en un conseil des maîtres exceptionnel afin de prendre une décision collégiale concernant cette affaire très grave ainsi que quelques autres moins lourdes concernant d’autres enseignants.
La décision officielle du conseil des maîtres à l’unanimité est d’adresser à cet homme un courrier (avec copie à l’IEN) lui demandant de présenter ses excuses à l’enseignante devant plusieurs collègues de l’équipe pédagogique, de retirer les propos diffamants et offensants tenus, sinon plaintes seraient déposées auprès du Procureur de la République.
Le courrier fait, la collègue propose que la copie remonte à l’IEN par la voie hiérarchique. La directrice de l’établissement indique alors que la décision prise en conseil des maîtres n’a pour elle aucune valeur et que ce courrier ne devrait pas être envoyé. Elle alerte aussitôt l’IEN (en quels termes ?? nous l’ignorons). Cette dernière convoque notre collègue victime sur la pause déjeuner.
L’entretien ne sera en rien un soutien pour notre collègue victime comme tout supérieur se doit de le faire en pareilles circonstances, si ce n’est que l’IEN a indiqué qu’elle maintenait toute sa confiance quant aux capacités professionnelles de notre collègue victime. Mais imaginez l’horreur pour notre collègue lorsqu’elle reçut les conseils suivants : « ne faites rien, ne dites rien, attendez que tout cela se tasse, reposez-vous bien pendant les vacances … ». Jamais l’IEN n’a envisagé de prendre ses responsabilités et de porter elle même plainte auprès du Procureur de la République comme sa fonction l’y oblige mais de plus en s’exprimant ainsi elle laisse entendre à sa subordonnée victime qu’elle n’aurait pas le soutien de sa hiérarchie si elle tentait de se défendre et encore une fois était bien confirmée qu’une décision officielle prise en Conseil des Maîtres n’avait d’existence à ses yeux comme l’avait démontrée, obéissante, la directrice aux ordres (était-elle aux ordres ou bien anticipait-elle ce que sa supérieure aurait aimé entendre ? Ah les contraintes liées à l’ambition tout de même !)

Les conséquences :
L’ensemble de l’équipe est écœuré, les projets pédagogiques en cours ou à venir sont compromis, la participation aux prochains conseils des maîtres est plus que compromise, la prise de conscience qu’en fonction du relationnel d’un agresseur chacun sera seul.
Les interrogations :
Avez-vous, vous-même, eu connaissance ou été témoin d’un cas comparable « d’omerta » ?
Est-ce que dans vos établissements le directeur se prend aussi pour un chef d’entreprise qui a tout pouvoir de décision et de compte à rendre qu’à l’IEN ?
Qu’est ce que vous attendez (si ce n’est déjà fait) pour rejoindre Sud-éducation afin de créer un rapport de force suffisant pour que notre réflexion de fond quant à une autre hiérarchie, une autre évaluation de nos pratiques professionnelles soient entendues ?


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.