Nos métiers

Les enseignants documentalistes : une espèce menacée ?

dimanche 14 février 2010
par  Sud Éducation Guyane

Le métier d’enseignant documentaliste est une exception dans le paysage européen. Il est le fruit d’années d’engagement professionnel pour la reconnaissance d’un apport pédagogique spécifique au sein de notre système éducatif.
Bref rappel historique : les CDI étaient à l’origine des bibliothèques gérées par des agents, avant de devenir des services de documentation, puis centres de documentation et d’information (CDI) sous la responsabilité d’un personnel ad hoc travaillant pour un public spécifique (élèves et enseignants).
Grand pas en avant en 1989 : création du Capes de documentation. Le documentaliste est « reconnu » formateur à la maîtrise de l’information. Entre guillemets, car nous attendons toujours la réactualisation de notre circulaire de mission, l’actuelle datant de 1986... (À titre de comparaison, la circulaire de mission qui régit le corps enseignant date de 1997). Mais la question d’une véritable reconnaissance de notre statut et de nos missions est encore une autre bataille, vieille comme... le livre ?
Deuxième grand pas en avant pour la documentation : la création dans les années 2000 de dispositifs pédagogiques dans lesquels la formation à la recherche documentaire (donc de la participation au développement de l’autonomie de l’élève dans l’acquisition des connaissances) trouvait toute sa place : les IDD (Itinéraires de découverte) au collège et les TPE (Travaux Personnels Encadrés) au lycée, remplaçaient les « parcours diversifiés ». Alliant interdisciplinarité (décloisonnement des disciplines), travaux de groupe et productions d’élèves, ils faisaient la part belle à la pédagogie nouvelle (inspirée des travaux de Freinet, entre autres) et à la pédagogie de projet.
Au départ obligatoires, les IDD sont devenus facultatifs (avec le combat contre l’échec scolaire, les dispositifs d’aide individualisée et d’accompagnement éducatif ont pris le dessus dans la répartition des DGH) et les TPE, initialement au programme de 1ère et de terminale, subsistent seulement en 1ère.
1er pas en arrière.
2ème pas en arrière et de taille : le recrutement baisse drastiquement alors même que tous les postes ne sont pas pourvus. Des établissements fonctionnent sans documentalistes certifiés ou avec des enseignants ’’faisant fonction’’ : personnels en reconversion, non détenteurs du concours interne ou sans véritable formation (reconversion = demande de changement de corps ou de discipline), personnels en réadaptation (non aptes à enseigner en raison de grandes difficultés de santé physique, psychologique...).

Concrètement, en 2009 :
• 135 lauréats au Capes externe, 42 pour l’interne alors que la DEP1 a chiffré à 490 les départs en retraite en 2010
• A la rentrée : près de 500 postes de certifiés sont restés vacants (déjà au nombre de 350 à la rentrée 2008)
• dans les académies de Nice, Aix-Marseille et Lyon : ouverture d’établissements sans création de postes d’enseignant documentaliste
• au total : 8445 postes certifiés pour 9500 centres de documentations et d’information (CDI).
Et pourtant, mettre la profession en péril, c’est enrayer l’action des enseignants documentalistes en faveur de l’égalité d’accès à la culture et à l’information. C’est revenir sur des positionnements pédagogiques innovants, qui incluent le développement de compétences et de connaissances informationnelles et transversales chez l’élève ( avec l’éducation aux médias, à l’image, à la santé, à l’environnement et au développement durable … englobées dans l’éducation à la citoyenneté). C’est tout simplement nier l’importance de la contribution de cette profession, pourtant confortée dans le passé, dans ce qui est censé être une des missions premières de l’école : former des citoyens éclairés. Une espèce menacée, elle aussi ?

1 DEP : Direction de l’Evaluation et de la Prospective
2 Demande d’audience de la FADBEN (Fédération des enseignants documentalistes de l’Education nationale) et une intersyndicale (dont SUD éducation) au ministre de l’EN sur la situation des CDI et l’évolution de l’exercice du métier de professeur documentaliste. Paris, le 9 octobre 2009.


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.