Loi fuyons

Gare aux remplacements obligatoires

mardi 6 septembre 2005
par  Sud Éducation Guyane

Après avoir essayé d’endormir les
enseignants Gilles de Robien a fait
passer certains décrets d’application
de la loi Fillon pendant l’été. Celui qui
concerne les remplacements dans le
second degré est en tout point remarquable
de mépris pour le métier et
d’une volonté de mise au
pas des personnels.
Dans l’article 2, on nous
dit : « Le chef d’établissement
élabore, en concertation
avec les équipes pédagogiques,
un protocole pour
les remplacements de courte
durée qui en fixe les objectifs
et les priorités ainsi que
les principes et les modalités
pratiques d’organisation
propres à l’établissement ».
De Robien se définit
comme un « manager pédagogue
 », c’est pour ça qu’il
sait que, lorsque l’on va jouer un mauvais
tour à quelqu’un, il faut l’impliquer
dans la magouille, comme ça il
ne peut que fermer sa gueule ensuite.
D’où le « en concertation avec ».
Soyez persuadés que pour « éviter le
pire », ils seront nombreux à négocier
ces protocoles pour arracher des grandes
victoires : « Cher camarades nous
avons finalement obtenu que les profs
d’anglais pourront faire tea-garderie
pendant leurs heures de remplacement
 ».
« Le protocole est présenté par le chef
d’établissement au conseil d’administration
qui est régulièrement tenu informé
des conditions de sa mise en
oeuvre ». Présenté, mais pas mis au
vote. De Robien, qui est poli possède
également un sens très aigu de la démocratie.
C’est dire si ça vaut le coup
d’avoir des représentants du personnel.
Le meilleur arrive dans l’article 3 :
« Lorsque cela est nécessaire, le chef
d’établissement désigne les personnels
chargés d’assurer des enseignements
complémentaires ». Fallait le dire plus
tôt, cela nous aurait économisé du
temps et de l’énergie. Le chef d’établissement
n’aura jamais aussi bien
porté son nom. De Robien, qui est
poli, possède aussi un sens très aigu
de la hiérarchie. Nos chefs étaient déjà,
devenus des patrons (de CES.
CEC, Assistants d’éducation. Emplois-
Jeunes. CAE…), ils peuvent maintenant
imposer des heures sup en dehors
de toutes règles statutaires. Mais, rassurez-
vous, on ne pourra pas en faire
plus de cinq par semaine et pas plus
de soixante dans l’année (article 4).
Ce décret repose sur deux logiques
imparables : primo, on peut combattre
le chômage en supprimant des
milliers de postes (7.000 à la
rentrée 2005 et 18.000 en 4 ans
prévues dans le budget 2006),
et en augmentant le temps de
travail de ceux qui en ont déjà
un. Aux remplacements, il faut
ajouter les concertations, les
stages de formation qui se font
de plus en plus en souvent hors
temps de travail. Secondo, les
profs ne foutent rien en dehors
de leur service devant élèves,
on peut donc leur demander de
faire des heures sup sans que ça
gêne.
SUD Éducation a voté CONTRE ce
décret (CSE du 7 juillet). Pour nous,
la loi Fillon, n’est ni amendable ni négociable.
Nous en demandons le retrait.
SUD Éducation appelle à boycotter
les réunions visant à élaborer les protocoles
pour les remplacements. SUD
Éducation appelle les collègues à s’organiser
collectivement pour faire
échouer la mise en place de ce système
de remplacement et appelle les
syndicats à les soutenir dans cette démarche.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.