La Guyane aujourd’hui

samedi 1er avril 2017
par  Sud Éducation Guyane

La Guyane compte actuellement 330 000 habitants environ. La moitié de cette population a moins de 25 ans. Les personnes étrangères vivant en Guyane représentent 30 % de la population. Plus de 60 % de la population est issue d’une migration vers ce territoire durant les 30 dernières années (sans compter les migrations depuis la France hexagonale).

En Guyane, on parle dans les rues une quinzaine de langues : langues amérindiennes (teko, wayana, wayampi, kalina…), langues créoles (créole guyanais, haïtien, martiniquais, guadeloupéens...), langues des noirs-marrons – descendants d’esclaves africains ayant fui l’esclavage - (aluku, djuka, saramaka, paramaka, sranantango …), langues asiatiques (mandarin, hmong), brésilien, anglais, espagnol, néerlandais, français...

Il y a peu d’industries en Guyane. Le territoire possède des ressources minières (or, diamant…) dont l’exploitation est très opaque et aux mains d‘intérêts privés. Le principal employeur est l’état avec son lot de contrats précaires.
Les fonctionnaires ont une prime de 40 %, et tout le monde bénéficie d’un abattement de 40 % (impôts sur le revenu).

Les békés antillais (descendants des grandes familles des planteurs esclavagistes) détiennent le monopole des grandes enseignes présentes en Guyane.

L’état est propriétaire de 90 % du territoire ce qui entraine un problème de logements et d’accès à la terre.

Le coût global de la vie est plus élevé qu’en France, qu’en Guadeloupe et qu‘en Martinique ; les loyers sont plus élevés, l’essence plus chère, et comme il n’y a pas de commerce possible avec les pays frontaliers du fait des normes européennes, nous n’accédons qu’à des produits manufacturés importés et donc plus chers également.

Le smic est le même qu’en France hexagonale alors que les aides sociales sont légérement inférieures.

Le parc de logements sociaux est dérisoire par rapport aux besoins et l’habitat spontané, parfois sans accès à l’eau et à l’électricité, est monnaie courante. Les guyanais entre 19 et 25 ans sont souvent dans une situation de survie plus que de simple débrouille. 46% des jeunes de moins de 25 ans non scolarisés sont sans emploi.

De nombreuses communes ne sont pas accessibles par la route : seulement par avion ou en pirogue. Plusieurs jours de pirogue sont parfois nécessaires selon le niveau des fleuves.

La Guyane a la taille du Portugal, ou deux fois celle des Pays Bas.

En Guyane, par respect pour les pratiques coutumières de chasse, on peut se procurer une arme avec une simple pièce d’identité et sans permis de chasse. Beaucoup de gens vivent avec des armes chez eux.

30% de la cocaïne vendue en Europe a transité par le Surinam. La Guyane pays limitrophe est une victime colatérale de ce trafic.

La Guyane est le troisième site mondial de lancement satellitaire avec le centre spatial de Kourou, derrière Cap Canaveral et Baïkonour. Cependant les retombées économiques sont bien minimes en comparaison des bénéfices engendrées par le Grand Capital.

L’indice de fécondité est de 3,5 enfants par femme. C’est le plus élevé d’Amérique du sud.

Concernant l’école, 3000 élèves de 3 à 16 ans ne sont pas scolarisés faute d’infrastructures et de personnels. Plus de 9000 jeunes de 18 à 24 ans se retrouvent hors du système scolaire sans aucun diplôme. Plus de la moitié des élèves guyanais du second degrés sont boursiers (contre moins d’un quart dans l’Hexagone).

En Guyane 32,5% des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Les enseignements ne tiennent quasiment pas compte du contexte local (interculturalité, plurilinguisme, histoire et géographie du territoire…)

L’Académie détient un des taux records de précarité de son personnel éducatif. 25% des enseignants sont non-titulaires.
Une grande disparité perdure à l’intérieur du territoire, en terme d’infrastructures et de personnels scolaires. Des situations dramatiques existent dans certaines communes (conditions de travail difficiles, absence de logement pour loger les enseignants, sites très isolés). Il faut également savoir que certains de nos élèves ont besoin de plusieurs heures de pirogues pour se rendre à l’école chaque jour.

A travers ce bref portrait non exhaustif, vous comprendrez pourquoi la situation socio-économique du territoire a conduit les guyanais à cette révolte populaire et à la grève générale !


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky