Pourquoi il ne faut pas accepter la mise en place des services civiques dans nos établissements :

samedi 20 janvier 2018
par  Sud Éducation Guyane

La précarité incarnée

Les services civiques ne sont pas des contrats de travail, ils sont assimilés au service national. Ils ne peuvent s’étendre que sur une durée de 6 à 12 mois, non renouvelables. Ils ne bénéficient ni du droit de grève, ni du droit de retrait et ne cotisent pas à l’assurance chômage.

Retour au travail des mineurs des classes défavorisées

Ils sont proposés à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme ou de poursuite d’études. Ils n’incluent aucune formation. Exploiter un service civique, c’est ne pas employer un-e salarié-e alors qu’il y a actuellement 22,3 % de chômage en Guyane.

Acceptation de salaires inférieurs au seuil de pauvreté

Le salaire est de 580 euros mensuels pour un travail allant de 24 à 48h hebdomadaires (de 24 à 35h pour les mineurs).

Multifonction mais aucune formation

Les services civiques devaient être mis en place dans le secondaire, associés au décrochage scolaire MAIS comme ils n’ont AUCUNE mission précise, ils sont affectés, sans formation, à toutes les tâches où l’on manque de personnel.

STOP !
A la précarisation des jeunes !
Et à l’abaissement de la qualité des services publics !

SUD éducation Guyane,
le 5 janvier 2018


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.