GREVE GENERALE RECONDUCTIBLE DES LE 5 FEVRIER 2019

jeudi 31 janvier 2019
par  Sud Éducation Guyane

Depuis le 17 novembre, le mouvement des « Gilets jaunes » perdure et prend de l’ampleur en France hexagonale. Les annonces de Macron le 10 décembre n’ont convaincu personne, pas plus que la période des fêtes de fin d’année n’a entamé la détermination des personnes mobilisées.

La multiplication des actions de blocages et des manifestations du samedi contribue à la construction d’un réel rapport de force susceptible d’obtenir satisfaction sur des revendications de justice sociale.

Dans ce contexte, la mise en place du « Grand débat » par le président de la République ne peut constituer qu’une provocation.

Dans l’éducation, les causes de mécontentement ne manquent pas :

- Suppressions de postes,
- Réformes du tri social (LGT et LP),
- 2e HSA imposée,
- Conditions de travail dégradées pour les personnels et les élèves,
- Liberté d’expression attaquée.

Au mois de décembre, les lycéen-ne-s en Métropole se sont fortement mobilisé-e-s, rejoint-e-s ici et là par des enseignant-e-s. Des personnels, regroupés sur les réseaux sociaux - ici et ailleurs - sous le nom de « Stylos rouges », expriment un fort mécontentement face à leurs conditions de travail et au mépris de la hiérarchie.

Dans différents endroits, des lycées se mobilisent, s’organisent et se coordonnent pour lutter contre les réformes. Dans les universités (en Guyane par exemple), une mobilisation se construit contre la hausse des frais d’inscriptions des étranger-e-s extra-communautaires.

Dans ce contexte, la journée du 5 février doit être un levier d’ampleur. Mais tout le monde le sait, cela ne sera pas suffisant pour faire plier le gouvernement.

Pour SUD éducation Guyane, sa fédération et son union interprofessionnelle Solidaires, il s’agit donc de construire le rapport de force par la grève, dans l’unité et dans la durée en mettant en débat la grève reconductible dans les assemblées générales.

SUD éducation Guyane appelle l’ensemble des personnels de la maternelle à l’université à la grève reconductible dès le 5 février :

- Contre les réformes Blanquer,
- Contre les suppressions de postes,
- Avec les Gilets jaunes, pour la Justice sociale.

Le 5 février, posons des actes forts !!!
GREVE GENERALE RECONDUCTIBLE

SUD éducation Guyane,
le 31 janvier 2019

Appel de la fédération SUD éducation

Appel de l’union syndicale SOLIDAIRES



Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Tou.te.s en grève le 4 avril 2019 !

vendredi 29 mars

Rassemblons-nous massivement
FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA
- Cayenne 9h devant le rectorat de Guyane
- St Laurent 9h devant l’inspection « académique »

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU