COLLEGES et LYCEES - DANS L’ACTION et L’UNITE - POUR L’ECOLE et LES ELEVES

SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAP-FSU
mercredi 13 mars 2019
par  Sud Éducation Guyane

RENTREE 2019-2020 ?
La rentrée 2019, préparée sous la double contrainte de la loi de finances 2019 (qui acte la suppression de 2600 postes dans le second degré) et des réformes des lycées, s’annonce en Guyane comme la pire depuis des décennies. La suppression de nombreux postes en collège comme en lycée entraînera inévitablement des classes surchargées, la suppression des ½ groupes, la disparition de l’AP, d’options etc, et le non renouvellement de nombreux contrats pour les agents non titulaires.

Sans aucun doute, les conditions d’études des élèves et de travail des enseignants s’en trouveront très dégradées.

SEULE LA LUTTE PAIE !
Dès le 5 février, plusieurs établissements du secondaire ont été en grève pour dénoncer la situation actuelle de l’éducation en Guyane. Cette mobilisation a été payante puisque certains établissements (Damas, Lama-Prévot, Lise Ophion, Agarande, Michotte, Melkior, Eboué, etc.) ont pu récupérer alors une partie des moyens perdus. Mais ce n’est pas suffisant pour la Guyane !
Le Recteur a annoncé - seulement - à l’intersyndicale que le seuil en classe serait dorénavant de 25 en collège et 30 en lycée (avant le mouvement de contestation, le seuil était de 26 et 33). Mais ce n’est pas suffisant pour la Guyane !

A la veille des vacances de Carnaval, la mobilisation a été présente, constante et conséquente dans plusieurs collèges et lycées de Cayenne, Kourou, Rémire, Saint-Laurent, Apatou, Soula, Macouria. Elle doit se propager dans toute la Guyane dès le retour des vacances.

CE QUE NOUS REFUSONS et CE QUE NOUS EXIGEONS !
L’Ecole en Guyane est en souffrance. Le déséquilibre avec l’Hexagone n’est plus acceptable. Les établissements - de l’Est, de l’Ouest, du Littoral et du Fleuve - ne peuvent plus se contenter d’une redistribution des miettes : la mobilisation doit être collective, unitaire et massive.

- L’intersyndicale refuse : l’augmentation des effectifs par classe / l’impossibilité de mettre en place des aménagements nécessaires à la réussite de ses élèves / la comptabilisation de la pondération REP+ en heures supplémentaires / la diminution sans précédent de l’offre de formation.
- L’intersyndicale exige : la création de postes à hauteur des besoins et le maintien intégral du dispositif REP+.

QUE FAIRE ?
L’intersyndicale - SGEN-CFDT, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SUD éducation, SNETAP-FSU, STEG-UTG, SNEP-FSU - continue à soutenir la mobilisation dans les collèges, lycées généraux et technologiques et lycées professionnels. Elle appelle à poursuivre le rapport de force avec le Recteur pour la satisfaction des revendications des personnels, des parents d’élèves et de la jeunesse de Guyane.

C’est pourquoi, l’intersyndicale appelle
- les personnels à se réunir à partir du lundi 11 mars dans les HMIS (heure d’info syndicale) ou AG (assemblée générale),
- à une journée de grève et à un rassemblement le vendredi 15 mars - jour du CTA
(un préavis unitaire sera déposé par l’intersyndicale).


Documents joints

PDF - 551.4 ko
PDF - 551.4 ko

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent