Le jeudi 4 avril 2019, mobilisé.e.s pour DIRE NON à la loi Blanquer !

FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA
mercredi 3 avril 2019
par  Sud Éducation Guyane

Les personnels de l’Education se mobilisent depuis déjà plusieurs mois face à la destruction programmée du service public d’éducation. Ils rejettent le projet de loi pour « l’École de la confiance », un texte qui ne permettrait en rien d’améliorer la réussite de tous les élèves

L’École Blanquer, c’est quoi ?

AVANT
- Liberté d’expression des personnels. Indépendance du pouvoir politique
- Des écoles primaires avec directeurs et directrices d’école
- Instruction obligatoire à partir de 6 ans maternelles publiques financées par le public
- Devant élèves : des enseignants à BAC + 5
- Des formations dans les ESPE
- Un bac général par filières à valeur nationale
- Une multitude de possibilités de formations et filières pour les élèves de la voie professionnelle
- personnels formés à l’orientation dans les CIO

APRÈS ?
- Volonté de museler les personnels avec possibilité de sanctions
- Des établissements des savoirs fondamentaux avec des principaux devenus supérieurs hiérarchiques des professeurs des écoles
- Instruction obligatoire à partir de 3 ans. Multiplication des maternelles privées financées par le public
- Devant élèves : Possibilités d’avoir des étudiants sans formation en responsabilité de classe, recruté.e.s à partir de bac +2 et formés
- Déprofessionnalisation par la transformation notamment des ESPE en INSPE
- Un bac général par spécialité et territorialisé
- La création de familles de métiers qui ne répondent qu’aux seuls besoins du privé
- Transfert de l’orientation aux collectivités locales

En Guyane, l’état de l’école ne cesse de se dégrader ! Notre système éducatif génère de l’échec scolaire car nos réalités et nos difficultés sont niées par le ministère de l’Education Nationale.

L’école Blanquer et la politique budgétaire entraînent déjà de trop nombreuses suppressions postes en lycée et collège et la disparition annoncée du dispositif REP+.

Alors que l’avenir de nos jeunes est déjà sévèrement compromis, le gouvernement organise la destruction généralisée de l’école publique. C’est encore les plus fragiles qui seront pénalisés et la Guyane ne sera pas épargnée.

Malgré les mobilisations passées et les promesses gouvernementales, l’école en Guyane reste dans l’incapacité de faire réussir tous les élèves ! Nos organisations syndicales refusent ce projet destructeur ! Non à l’école du tri social ! Non au sabordage de la formation ! Non à la précarité et à l’austérité budgétaire !

L’intersyndicale revendique un service public de l’enseignement émancipateur qui privilégie la solidarité à la compétition. Nous voulons une école publique qui respecte les personnels et permet la réussite de tous les élèves.

Tou.te.s en grève le 4 avril 2019 !

Rassemblons-nous massivement

- Cayenne 9h devant le rectorat de Guyane
- St Laurent 9h devant l’inspection académique

FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA



Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Tou.te.s en grève le 4 avril 2019 !

vendredi 29 mars

Rassemblons-nous massivement
FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA
- Cayenne 9h devant le rectorat de Guyane
- St Laurent 9h devant l’inspection « académique »

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU