Pas de sélection : des places en BTS pour un bac pro revalorisé !

Plan étudiants
vendredi 9 février 2018
par  Sud Éducation Guyane

Encore une fois, la voie professionnelle est la grande oubliée de la réforme du bac et du lycée et les bachelier-e-s pro les grand-e-s perdant-e-s du Plan étudiant (instaurant Parcoursup). Si la sélection à l’entrée de l’université va définitivement leur fermer la porte des facs, les portes des BTS ne leur seront pas grand ouvertes pour autant...

Bachelier-e-s pro, dernière roue du carrosse !

À l’issue de la session APB 2017, près de 25 000 bachelier-e-s professionnel-les-s ont été refoulé-e-s de l’enseignement supérieur ! Alors que François Hollande avait fixé pour objectif d’amener 60 % d’une classe d’âge à un niveau enseignement supérieur d’ici 2025, la réalité montre qu’on est très loin du compte. En effet, comment envisager de démocratiser davantage l’accès aux études supérieures sans donner leurs chances aux bachelier-e-s pro ? Aujourd’hui, seuls 36 % d’entre eux et elles poursuivent des études supérieures !

Ce n’est pourtant pas faute de demander. Nombreuses et nombreux sont celles et ceux souhaitant prolonger leur formation, principalement en BTS. Seulement, les places offertes en BTS ne sont pas à la hauteur des besoins. Du coup, comme d’habitude, les bacheliers et bachelières pro sont les dernier-e-s servi-e-s ! À tel point, que nombreux-ses sont les bachelier-e-s pro recalé-e-s des BTS publics qui décident de payer des écoles privées pour pouvoir accéder à une formation BTS (environ 2500 euros l’année).

Des BTS accessibles, des futur-e-s travailleur-e-s mieux qualifié-e-s

Si les bachelier-e-s pro souhaitent poursuivre en BTS, ce n’est pas par « désœuvrement » mais par réalisme. Il suffit d’avoir fait l’expérience des stages en entreprise pour savoir qu’un BTS permet d’accéder à des fonctions plus valorisées et mieux rémunérées. « Oui, mais ils n’ont pas le niveau » entend-on souvent. Cet argument est utilisé depuis longtemps à propos des bachelier-e-s entrant à l’université, avec, à l’appui, les taux d’échec en première année. Or, ce qu’on ne dit jamais c’est que, selon l’INSEE, 80% des jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur en sortent avec un diplôme ! Alors, que veut-on réellement ? Se gargariser de taux d’échec très faibles en première année de fac et de BTS en sélectionnant uniquement les meilleur-e-s élèves ou bien faire monter le niveau général de qualification de la population ?

Du bac pro au BTS, revaloriser la voie professionnelle

Plus de bachelier-e-s pro en BTS, c’est aussi un moyen de revaloriser la voie professionnelle. En effet, pourquoi certains bacs donneraient-ils accès à tout l’éventail des formations post-bac (BAC S) et d’autres à peau de chagrin (BAC Pro) ?
Il faut offrir aux élèves de lycées professionnels des garanties de poursuite d’études vers les filières professionnalisantes du supérieur (BTS, IUT). Et si l’on veut mieux préparer les élèves de bac pro aux exigences du BTS et du DUT, il faut se donner les moyen de le faire. Cela passe notamment par un retour du bac pro en 4 ans.

C’est pourquoi SUD Éducation revendique :
- Le retrait du Plan Étudiants et du projet de loi relatif « à l’orientation et à la réussite des étudiants ».
- La création de 20 000 places en BTS et de 25 000 places en IUT pour répondre aux besoins et aux demandes des lycéen-ne-s et aller vers la non sélectivité.
- Le retour du Bac pro en 4 ans pour mieux préparer les bachelier-e-s pro aux formations post-bac.

La fédération SUD éducation appelle les salarié-e-s de l’enseignement professionnel à se réunir, pour construire dans l’unité, avec les autres salarié-e-s de l’éducation, les étudiant-e-s, les élèves et leurs parents, un mouvement de résistance d’ampleur à l’instauration de la sélection à l’entrée de l’université et pour exiger une vraie prise en compte des besoins des élèves de la voie professionnelle.
(le 9 février 2018)


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

KOUROU - 6/02 - mobilisation, grève et rassemblement

samedi 3 février

Personnels, parents, élèves,
tout-e-s concerné-e-s,
tout-e-s mobilisé-e-s.

Cayenne, Matoury, Saint-Laurent sont en lutte !!!
A Kourou... de décoller !!!

Rendez-vous devant la Mairie de Kourou à 9h00 le mardi 6 février 2018.

GREVE massive le 6,
GREVE reconductible à partir du 7

Personnels mobilisés de Kourou

Nous réclamons, toutes et tous ensemble, une éducation ambitieuse pour une société égalitaire, pour lutter contre la précarité, source des violences.

vendredi 2 février

Grève massive le mardi 6 février 2018 !
Grève reconductible dès le 7 février 2018 !
Signataires : des personnels de Saint Laurent, la Coordination des personnels du collège A. Contout, le SNES-FSU, le STEG-UTG, SUD EDUCATION Guyane.
le 1er février 2018

Sur le Web : Grève

Mobilisation et grève le 30 janvier à Cayenne et à Matoury

lundi 29 janvier

A Cayenne, un lycée et un collège : LP Michotte et Auxence Contour.
A Matoury, le collège Concorde-Maurice Dumesnil.

Mobilisation et grève le 30 janvier dans les collèges de Saint Laurent du Maroni

lundi 29 janvier

SUD Education Guyane appelle à la grève dans les 5 collèges de Saint Laurent.
SUD Education Guyane soutient les personnels mobilisés.
SUD Education Guyane revendique pour Saint Laurent du Maroni :

- Embauche immédiate des CUI promise dans chaque établissement.
- Création immédiate de postes d’AED dans tous les collèges et augmentation du nombre de CPE.
- Création d’urgence de deux nouveaux collèges et du lycée 4 pour une réduction rapide du nombre d’élèves par classe.
- Sécurisation des enceintes des établissements : collège Paul Jean Louis et collège Arsène Bouyer d’Angoma et des parkings fermés pour les personnels.
- Ouverture et campagne d’embauche immédiate d’éducateurs, familles d’accueil, médecins dans tous les domaines du social et de la santé.
- De réelles mesures éducatives pour s’occuper des jeunes : juge des enfants à Saint Laurent du Maroni, CER, foyers...

KOUROU - 1er degré - Réunion d’Information Syndicale (RIS) - Mercredi 31 janvier - 9h-12h

mercredi 24 janvier

Le syndicat SUD éducation Guyane organise une RIS - sur temps de travail - pour les deux circonscriptions de Kourou le mercredi 31 janvier de 9h à 12h au Pôle culturel (Médiathèque).

Se rendre à une Réunion d’Information Syndicale (RIS) est un droit, que l’on soit ou non syndiqué. 9 heures de RIS possibles par année scolaire dont 3 heures sur temps devant classe.

Au programme :
- Présentation de SUD éducation et de l’union syndicale Solidaires
- Situation du Premier degré en Guyane
- Conditions de travail : 2, 3 bases à connaître (obligation du RSST et du registre des dangers graves et imminents impliquant le droit de retrait)
- Livret Scolaire Unique Numérique
- CUI - Services civiques
- Questions diverses

Si vous souhaitez participer à la RIS de SUD éducation :
- Informez les parents le plus tôt possible que, pour des raisons professionnelles, vous serez absent cette demi-journée là ;
- Prévenez l’IEN de la participation au moins 48 heures avant la date prévue. Il ne s’agit en aucun cas de "demander l’autorisation de" mais bien "d’informer que" ;
- Envoyez un courriel à SUD éducation Guyane pour nous informer de votre présence.

[une fiche de présence sera établie sur place. Une attestation individuelle de participation vous sera remise]

Ce droit syndical que nous avons acquis constitue un moment fort permettant : d’être informé, de participer au débat, de mettre en relation les collègues entre eux dans leur diversité. Continuons à être toujours plus nombreux.

SUD éducation Guyane - KOUROU
06.94.02.07.87

Sur le Web : Pour vous inscrire