UNIVERSITE - SOLIDARITE AVEC NOS CAMARADES BRESILIENS !

FSU - SUD
mercredi 15 mai 2019
par  Sud Éducation Guyane

Le président Bolsonaro a répété ces dernières semaines les attaques contre l’Université au Brésil : suppression des fonds fédéraux alloués aux facultés de philosophie et sociologie pour les réaffecter à des disciplines supposées plus utiles – ingénierie, médecine, études vétérinaires ; réduction des budgets des Universités Fédérales de Bahia (UFBA), Rio de Janeiro (UFRJ) et Brasilia (UNBA) au motif qu’elles seraient « sources de chahuts » du fait de l’activisme progressiste de leurs communautés universitaires ; suppression des bourses de master pour réaliser des économies budgétaires.

Cette politique mortifère participe des dérives réactionnaires les plus alarmantes. Parce qu’elles proposent des voies d’émancipation individuelles et collectives, les sciences humaines sont les premières victimes de ces zélateurs du néo-libéralisme. Parce qu’elles sont en pointe du mouvement social et de la résistance à la réaction, les communautés universitaires sont des cibles de choix qui n’ont d’autres armes que celles de l’intelligence.

En affirmant que le Brésil et Dieu doivent être « au-dessus de tout », M. Bolsonaro place sa présidence à rebours des valeurs qui lient l’ensemble du monde universitaire : recherche du vrai et du juste, développement désintéressé de la connaissance humaine, savoir au service de la paix, du progrès, de la liberté et de l’égalité entre les hommes.

Nous affirmons notre solidarité aux collègues, étudiants, travailleurs de l’enseignement supérieur de nos voisins et amis brésiliens.

Nous réaffirmons avec force le principe d’égalité entre les disciplines : la sociologie et la philosophie apportent autant aux sociétés que les sciences expérimentales. D’ailleurs, quel avenir peut-on imaginer pour la recherche fondamentale en mathématiques ou en physique avec de tels présupposés ? L’Université n’est pas une unité de production : elle est au service de l’Humanité, pas du capitalisme financier.

Nous alertons avec vigueur l’opinion publique guyanaise et française. Les fondements idéologiques qui ont motivé le président Bolsonaro ne sont que trop bien connus dans notre pays. Quand le gouvernement propose le dispositif « Bienvenue en France » qui multiplie par quinze les frais d’inscriptions pour les étudiants étrangers, quand il limite drastiquement les recrutements de personnels, quand il favorise la marchandisation du savoir en limitant les financements publics et en encourageant le financement privé de la recherche, celui-ci répond à l’impératif comptable et idéologique à l’agenda des politiques néo-libérales. Déjà la recherche fondamentale est mise à mal, bientôt des filières de formations seront, comme au Brésil, vouées à la disparition car jugées inutiles.

Au Brésil, en France, et partout ailleurs, ces politiques sont des dangers mortels pour l’enseignement et la recherche.

Rassemblement de soutien
Devant le Consulat du Brésil
Samedi 18 mai à 11h00

SNESUP-FSU,
SNASUB-FSU,
SNES-FSU,
SUD éducation Guyane,
le 15 mai 2019


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

SAINT-LAURENT - 24 JANVIER

jeudi 23 janvier

RDV 9H00 devant la SOUS-PREFECTURE

RDV VENDREDI 24 JANVIER 2020 9H00 DEVANT LA CASERNE DES POMPIER

vendredi 17 janvier

La CGT, FO, la FSU, l’UTG, la CFE-CGC et Solidaires appellent l’ensemble de la population à manifester dans les rues de Cayenne.

SAINT LAURENT - GREVE ET ACTION LE 16 JANVIER CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

mardi 14 janvier

9H00 SUPER U
MARCHE
VERS LA SOUS-PREFECTURE


12H00 BARBECUE MILITANT AUX ROCHES BLEUES

CAYENNE GREVE ET ACTION LE 16 JANVIER

dimanche 12 janvier

Travailleurs du public et privé, retraités, privés d’emplois, lycéens et étudiants
VENEZ NOMBREUX JEUDI 16 JANVIER 2020 A 9H DEVANT LA PRÉFECTURE DE CAYENNE
A l’appel de Solidaires - UTG - CFE-CGC - FO - FSU - CGT

A SAINT-LAURENT-DU-MARONI GREVE ET ACTION LE 14 JANVIER

dimanche 12 janvier

L’Ouest de la Guyane n’a rien vu se développer depuis les mouvements de mars 2017. Les conditions de travail dans la santé et dans l’éducation sont de plus en plus déplorables. C’est pourquoi nous serons dans la rue le MARDI 14 JANVIER à 9H00 devant le CHOG pour exiger le retrait du projet Macron des retraites et l’application des Accords de Guyane.