Mode d’emploi

Refuser les heures sup’

dimanche 31 août 2008
par  Sud Éducation Guyane

Nous le savons bien : collectionner les heures sup’ nuit à la qualité de l’enseignement. On nous ne fera pas croire que c’est en explosant le temps de travail des enseignants que leurs cours vont s’en trouver
mieux préparés.

Sur les 11200 postes qui sont supprimés pour cette rentrée 2008, 8800 le sont dans le 2nd degré. Près de la moitié de ces postes seront comblés par les heures sup’. En cela, refuser de prendre ces heures participe de la lutte contre les fermetures de poste.
A SUD Éducation nous avons toujours été convaincus que le meilleur moyen de travailler tous c’était de travailler moins. Pas question de participer aux coupes sombres dans l’emploi public préconisées par Sarkozy et ses fidèles servants.

Ce tract a pour objectif de vous donner les moyens de rentrer en résistance sans trop prêter le flanc à la hiérarchie. Comme d’habitude le mieux est toujours de s’organiser collectivement.
N’hésitez pas à nous contacter si besoin.

Selon la circulaire n° 76-218 du 1er juillet 1976 modifiée par le décret n° 99-980 du 13 octobre 1999 seulement une heure supplémentaire est imposable, pas plus ! L’heure de 1ère chaire et l’heure de pondération (BTS et classes prépa) sont incluses dans le service.
Si le rapport de forces dans l’établissement est suffisant, les collègues concernés s’adressent collectivement au Chef d’Établissement pour rappeler leurs droits et exprimer leur refus de prendre des heures supplémentaires au-delà de l’unique heure imposable.
Si unE collègue isoléE se voit imposer des heures supplémentaires :
- rappeler oralement au chef d’Établissement la législation en vigueur et exprimer son refus ;
- adresser un courrier écrit au chef d’Établissement, avec copie aux IPR et au rectorat, pour lui réitérer le refus des HSA/E et menacer de ne pas effectuer la totalité de l’emploi du temps si celui-ci n’est pas revu à la baisse (voir exemple de lettre).
- refuser d’assurer la totalité des heures imposées après avoir adressé un dernier courrier au Chef d’Établissement (voir exemple de lettre).



Documents joints

Premier courrier
Courrier de relance
Tract refus des heures sup'
Circulaire heures sup'

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Expressions Solidaires n° 89 (journal national de Solidaires)

samedi 12 janvier

Edito : « Mais c’est une révolte ?
Non, sire, c’est une révolution »
Double page affichage : "calendrier 2019"
Dossier central : Résultats d’élections pour l’Union syndicale Solidaires
Trois questions à : La Maison des lanceurs d’alerte
Parution du livre "Découvrir Solidaires l’Union syndicale"
Infos Solidaires

SUD Solidaires en action n° 160 (20 novembre 2018)

mardi 20 novembre 2018

- Syndicalistes, nous marcherons pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail
- Si tous nos mouvements convergeaient, nous pourrions gagner
- Retraité-es : le groupe des 9 fait monter la pression
- Guyane : grève victorieuse dans l’éducation
- La Poste 92 : toujours en grève
- Pôle emploi : en grève le 20 novembre

Sexisme et manuels scolaires

dimanche 4 novembre 2018

Outils de travail quotidien pour les élèves et les enseignant-es, les manuels scolaires sont hélas bien souvent les vecteurs de représentations stéréotypées, sexistes. Ils contribuent par là à perpétuer un ordre patriarcal synonyme de discriminations. Le Centre Hubertine Auclert a produit de nombreuses études analysant les représentations sexuées dans les manuels d’histoire, de français, de mathématiques. Ces études permettent de mieux comprendre les biais sexistes de nombre de manuels.
(la suite en téléchargement)

#pasdevague, surenchère sécuritaire : le dossier de SUD éducation

dimanche 4 novembre 2018

La diffusion samedi 20 octobre d’une vidéo montrant une collègue de l’académie de Créteil braquée avec une arme factice a été suivie par la multiplication, sur twitter, de messages accompagnés du hashtag #pasdevague, jusqu’à atteindre 20 000 messages. Depuis, la récupération politique par la droite et l’extrême-droite n’a pas traîné. Et ce vendredi 26 novembre, les ministres de l’éducation, de l’intérieur et de la justice ont annoncé une flopée de mesures sécuritaires, policières, réactionnaires. Le point par la fédération SUD éducation, accompagné de visuels à utiliser sur les réseaux sociaux.

Sur le Web : Dossier SUD éducation