Pensée d’en haut

Réforme des lycées

mercredi 10 juin 2009
par  Sud Éducation Guyane

Deux rapports viennent de paraître : le rapport Apparu et le rapport Descoing, deux rapports proposant des réformes radicales. Nous avons fait un tableau comparatif de ces deux rapports en citant de longs extraits de chacun pour être le plus exhaustif possible. Le tableau comparatif.

Pour vous éclairer voici les points fondamentaux.
Sur le constat de départ, les rapports se contredisent sur l’inefficacité ou l’efficacité du lycée français - le rapport Apparu faisant l’impasse sur les réussites. De ce constat, ils proposent tous deux des changements à moyens constants. Comme si on pouvait faire des travaux chez soi gratuitement ! Ces changements concerneraient les lycées. Mais les rapports ne sont pas d’accord : Apparu n’aborde pas le lycée pro, le rapport Descoing préconise que les trois lycées, pro, technologique et général soient englobés dans la réforme.

La Région est sollicitée pour ces réformes dans les deux rapports : les COP passeraient sous contrôle de la Région, par exemple. Quid des régions pauvres, comme la Guyane ? Les deux rapports sont pour une autonomisation de plus en plus grande des EPLE en ne définissant plus qu’un seuil minimum commun d’enseignements fondamentaux. Dans cette perspective, l’interdisciplinarité est vue, par les deux rapports, comme un moyen d’alléger les enseignements puisque les savoirs sont doubles. Dans cet état d’esprit, les deux rapports veulent baisser le temps global disciplinaire, en réaffirmant la souplesse des contenus et des horaires d’apprentissage d’un établissement à l’autre. Les enseignements disciplinaires sont cantonnés au matin. Pour mettre ceci en œuvre la semestrialisation semble s’imposer à Apparu mais Descoing semble plus frileux. Pour aider au mieux les élèves, puisqu’on baisse les heures de cours, les rapports instaurent un adulte référent pour chaque élève pour son suivi personnalisé. Mais quand le premier désigne l’enseignant, le deuxième ne précise pas de quel adulte il s’agira.
Les deux rapports préconisent la généralisation des enseignements technologiques et de SES aux secondes, sans augmentation des postes de profs.
Les rapports sont pour une redéfinition des filières pour retarder la spécialisation et éviter l’effet « filière S », ce qui paraît intéressant mais faussé par le fait que chaque établissement aura une dotation horaire à gérer librement : un établissement « digne de confiance » proposera certainement plus de maths que de danse...
Quant à l’ évaluation, les rapports préconisent l’augmentation du contrôle en cours de formation, ou d’autres validations de compétences extérieures à l’école.
Pour ce qui est de la fonction du lycée de préparer les élèves à l’université, les deux rapports proposent une redéfinition du cycle terminal du lycée vu comme une première étape du supérieur, et un changement du métier des agrégés et des universitaires pouvant échanger des cours entre le secondaire et le supérieur.
Pour les élèves, les rapports préconisent des quotas, une redéfinition du recrutement des IUT, des BTS et des CPGE, ce qui conduira à des réformes des concours.
Pour les professeurs, les deux rapports sont d’avis de nous faire travailler pendant les vacances d’août et de février en heures supplémentaires. Les deux rapports attaquent le statut des enseignants : vacances, services (agrégés à 17h), titularisation soumise à un stage en entreprise.
Les deux rapports, enfin, proposent l’évaluation des établissements, ce qui implique une mise en concurrence et une responsabilité accrue du chef d’établissement, : qui devient le supérieur hiérarchique des COP et dont la rémunération sera fonction des objectifs atteints du projet d’établissement.

Qui a peur de l’avenir ?


Documents joints

Comparaison des rapports Apparu et Descoings

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.